Engagement
Chez IOC, nous sommes déterminés à devenir une compagnie minière de premier plan en Amérique du Nord. Dans cette optique, notre façon de travailler est tout aussi importante que le travail que nous réalisons, et ce, jour après jour. Notre engagement à l’égard de la santé, de la sécurité, de l’environnement et des communautés (SSEC) joue un rôle crucial dans notre approche de l’entreprise.
Gestion de l'environnement

IOC est plutôt unique dans l’industrie du minerai de fer. En effet, en plus d’extraire le minerai, nous le transformons en concentré et en boulettes de qualité supérieure et transportons nos produits sur plus de 400 kilomètres par train jusqu’à Sept-Îles, d’où il est expédié par bateau à nos clients partout dans le monde. Chaque étape de ce processus influe ou a le potentiel d’influer sur l’environnement naturel et humain. Nous sommes conscients de ces risques et de notre responsabilité quant à la réduction ou à l’élimination de toute répercussion réelle ou potentielle sur les sols, l’air, l’eau et les personnes partout où nous travaillons.

 

Chez IOC, nos opérations minières sont régies par plusieurs lois et règlements en matière d’environnement, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador. Au-delà du cadre fourni par ces règlements et exigences légales, nous agissons de manière proactive pour repérer les impacts environnementaux potentiels avant qu’ils surviennent. Nous collaborons avec les communautés autochtones de la région et les parties prenantes locales, régionales, nationales et internationales pour veiller à ce que notre gestion environnementale tienne compte des meilleures pratiques et reflète notre quête d’amélioration continue. Nous savons qu’il nous faut respecter et même dépasser nos engagements envers l’environnement afin d’assurer notre succès, conserver la confiance des parties prenantes et obtenir l’engagement des communautés.

 

Soucieux d’agir en chef de file en matière de gestion environnementale, nous sommes fiers d’être membre de l’Association minière du Canada (AMC) et de satisfaire aux exigences de son initiative Vers le développement minier durable (VDMD), qui fournit un ensemble de principes directeurs grâce auxquels nous pouvons évaluer et améliorer notre performance sociale et environnementale d’une année à l’autre, et qui nous permet de comparer notre performance avec celle d’autres organisations du secteur minier. Les cadres de l’initiative VDMD prennent en considération les conséquences de l’exploitation minière sur les aspects suivants : la gestion de l’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, la gestion des résidus, la santé et la sécurité, et la biodiversité.

 

Nous sommes aussi un fier participant du programme Alliance verte, qui fournit un cadre bien connu partout en Amérique du Nord, et qui permet aux sociétés de transport maritime de mesurer et de réduire leur empreinte environnementale en fonction de six aspects clés : gestion de l’environnement marin, prévention des fuites et déversements, entreposage et la manutention du vrac solide, harmonisation des usages et leadership environnemental. En 2018, nous étions heureux d’avoir obtenu une note de 4,5 sur 5, ce qui témoigne de notre leadership et de notre excellente performance dans quatre des six aspects clés.

 

Gestion Environnementale 

Chez IOC, la gestion environnementale couvre l'ensemble du cycle minier et visa à réduire l'impact de nos activités en fonction de quatre éléments suivants : 

 

  • Réhabilitation progressive et restauration des sites miniers
  • Gestion de l’eau
  • Gestion des émissions
  • Gestion des terres

 

Réhabilitation progressive et restauration des sites miniers :

IOC dispose d’un plan de réhabilitation et de restauration approuvé par le gouvernement, en vertu duquel l’entreprise s’engage à remettre en état et à restaurer les terres visées par sa concession minière. Au cours de son histoire débutée il y a plus de 60 ans, IOC a restauré plus de 600 hectares de terres, conformément à son plan de fermeture. Ce programme de revégétalisation a pour but d’améliorer les milieux humides, rivières, lacs et autres plans d’eau où vit une grande variété d’espèces sauvages, tout en contribuant à nos efforts de gestion de la qualité de l’air, car les terres restaurées favorisent la diminution des poussières. Grâce à notre engagement de réhabilitation progressive, la superficie de terres restaurées augmente chaque année, avec 49 hectares de plus en 2017.

 

Gestion de l’eau :

Terre-Neuve-et-Labrador et le Québec sont deux provinces où se retrouvent des écosystèmes aquatiques riches et diversifiés. Pour IOC, la gestion de l’eau représente un risque important qu’il faut mesurer et surveiller sur une base continue. Nous mettons en œuvre un programme de surveillance de la qualité de l’eau qui vise à réduire au minimum l’incidence de nos activités sur l’environnement aquatique et, lorsque c’est nécessaire, nous mettons en place des mesures préventives ou correctives. Notre approche de la gestion de l’eau s’appuie sur les considérations relatives au cycle minier et à la nature de nos procédés d’extraction et de traitement. De l’exploration jusqu’à la fermeture, nous cherchons à diminuer notre empreinte sur les ressources hydriques qui se trouvent à l’intérieur et aux alentours de notre concession minière.

 

Réhabilitation de Cowboy Creek :

Dans le cadre de notre engagement qui vise à diminuer notre empreinte sur l’environnement en lien avec le projet Wabush 3, nous avons mis en place un plan compensatoire pour l’habitat du poisson qui comporte des mesures de réhabilitation et de restauration du ruisseau le long d’environ quatre kilomètres de Cowboy Creek, dont une partie a été détruite par des feux de forêt. Le succès de ce projet sera mesuré au cours des 10 prochaines années afin de nous assurerer de respecter nos engagements sur l’environnement.

 

Gestion des émissions et de la qualité de l’air :

Les activités minières et de traitement peuvent générer des poussières diffuses et des émissions de cheminée susceptibles de nuire à la qualité de l’air. Chez IOC, nous nous efforçons de réduire l’émission de particules par l’entremise de programmes complets et de contrôles de traitement. Nous assurons, entre autres, la gestion des poussières de résidus et la surveillance de la qualité de l’air ambiant et mettons en œuvre des projets de réduction des poussières. Ces initiatives visent à améliorer la qualité de l’air ambiant, à réduire les impacts environnementaux à la source et à tenir compte des inquiétudes des communautés.

 

Dans le cadre de ce programme, nous nous engageons à être transparents. On peut en savoir plus sur le niveau de la qualité de l’air ambiant grâce à la Cote air santé d’Environnement Canada et aux données de la station de surveillance provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador suivantes : Fire Hall. Ces données tiennent compte des émissions générées par IOC et celles émanant d’autres sources dans la communauté, notamment les autres opérations minières, les automobiles et les poêles à bois. La qualité de l’air à Labrador City a été analysée de manière indépendante par des consultants en sciences de l’environnement et de la santé d’Intrinsik, qui ont conclu qu’elle était similaire à celle d’autres petites villes de la région de l’Atlantique. Selon ces études indépendantes validées par des pairs, la qualité de l’air à Labrador City ne pose pas de risque pour la santé des résidents.

 

Si vous avez des questions ou si vous voulez en savoir plus sur notre gestion des émissions et de la qualité de l’air, veuillez communiquer avec la ligne de commentaires d’IOC au 968-7400, poste 7792, ou à l’adresse commentairesIOC@ironore.ca.

 

Biodiversité :

Grâce à la revégétalisation, aux plans compensatoires, à la sensibilisation, aux inspections et aux évaluations environnementales, IOC s’assure de préserver les ressources naturelles de la forêt boréale et du milieu marin où elle se trouve. Rio Tinto a élaboré une norme sur la biodiversité fondée sur une hiérarchie de contrôles : éviter, réduire au minimum et atténuer. IOC incorpore cette approche hiérarchique dans ses activités et son processus décisionnel au quotidien.

 

Émissions de gaz à effet de serre :

Les boulettes et le concentré que nous fabriquons ont très peu d’impact sur l’environnement et présentent une combinaison unique au monde en termes de faible valeur en alumine et de très faible valeur en phosphore. Compte tenu de la qualité et de l’uniformité de nos produits, nos clients peuvent s’assurer d’avoir un processus de fabrication d’acier efficace et optimal, tout en maintenant leurs émissions à un bas niveau. Nous continuons de travailler avec le gouvernement et avec nos experts internes afin d’économiser l’énergie, d’accroître l’efficacité et de réduire notre empreinte carbone.